MONIQUE  MONDON – MUTH

Bild1Issue d’une famille lorraine où il était tout naturel de chanter, elle est bercée dès son plus jeune âge par les joyaux de la musique classique. Son père, homme juste et bon, auquel elle est très reconnaissante pour sa sévérité et son exigence, l’initie au piano dès l’âge de 5 ans. Mais c’est en entendant pour la première fois un enregistrement de Maria Callas qu’elle décide de devenir cantatrice, tant son bouleversement et son émerveillement sont grands. Elle a 10 ans. Sans plus tarder, elle prend son argent de poche, achète les partitions et se met à étudier seule les airs d’opéras en imitant «la Callas».

À 13 ans, elle reçoit le 1er prix d’un tournoi de chant à une fête paroissiale pour son interprétation de l’air des clochettes de Lakmé. La presse locale relate l’événement en termes si élogieux que Marcel Dautremer, alors directeur du Conservatoire National de Nancy, l’accepte peu après malgré son jeune âge dans la classe de chant de Madame Mairot-Jacquot.

A tout juste 20 ans, déjà lauréate de concours nationaux et internationaux de chant (Concours «Association Musique Culture et Arts de Nancy», «Concours Artistique de Paris», «Concours de solistes» de Colmar et concours «UFAM» à Paris), elle couronne ses études au Conservatoire par un Prix d’Excellence de chant à l’unanimité, rarement décerné dans cette discipline.

Bild2Elle affronte pour la première fois le public viennois avec « Louise » et « Madame Butterfly » dans le cadre des « 10 Jahre Premiere der Jugend ». L’Université de Musique de Vienne lui confèrera plus tard le titre de « Magister des Arts » pour son travail sur l’« Interprétation du lied romantique allemand ».

Après ses rôles de soprano colorature ( Philine « Mignon », Juliette « Roméo et Juliette », Leïla « Les Pêcheurs de Perles », Gilda « Rigoletto », Lucie « Lucie de Lammermoor », Constance « L’Enlèvement au Sérail », elle aborda les rôles lyriques (Marguerite « Faust », Violetta Valéry « La Traviata », Mimi « La Bohème », Liu «Turandot», Pamina « La Flûte Enchantée », …).

Ce qui est inhabituel et très caractéristique pour ses récitals de mélodies de même que pour ses enregistrements de CDs, c’est qu’ils sont conçus de façon à former un cycle. Aussi ses mélodies de F. Schubert, R. Schumann, J. Brahms, E. Granados, F. J. Obradors, J. Rodrigo etc. … sont-elles choisies et ordonnées pour devenir une partie d’un seul drame musical. Le « Festival de Vienne » et le « Festival de Tarnov » ainsi que les enregistrements proposés plus loin en sont des exemples particulièrement bien réussis.

Considérant la musique sacrée comme un enrichissement tant pour la voix que pour l’âme, elle a chanté aussi bon nombre de messes, cantates, requiems, motets, oratorios (« Les Saisons », « La Création », « Le Messie ») ainsi que bon nombre d’airs de concert des compositeurs classiques viennois (Haydn, Mozart, Beethoven, Schubert) et d’autres comme Bach, Händel, Schütz, Pergolèse, . . .

A la radio et télévision, elle aime présenter la diversité des interprétations d’une seule et même œuvre.

Bild3Pour transmettre ses connaissances et son talent à des jeunes doués et intéressés (lors de cours de maîtrise internationaux, entre autres au Conservatoire de Musique et Art dramatique de Vienne), elle développa une méthode de chant basée sur ses observations concernant l’enchaînement naturel des mouvements et sur son obstination à ne pas séparer le son chanté de l’interprétation: c. à. d. les notes chantées doivent vivre, exprimer un sentiment, une émotion, et même dans les exercices de technique les plus simples, il faut « dire quelque chose ».

Voici une sélection de CDs tirés de sa discographie:

  • St. Brigitta de Vienne: œuvres de J.S. Bach, W.A. Mozart, G.F. Händel, … avec soprano et orgue
  • Mélodies de F. Schubert, R. Schumann, H. Duparc et F. Liszt
  • Mélodies de R. Schumann, J. Marx, R. Strauss, G. Fauré, E. Granados,   F.J. Obradors und J. Rodrigo
  • A.Mozart: Journal musical d’un génie, illustré par ses lieds, motets, messes et opéras.
  • Airs d’opéras: extraits de Lakmé, Le Barbier de Séville, Les Pêcheurs de Perles , Manon et La Traviata